Recherches en cours et passées au sein de l'Institut de la décision publique

Étude comparative de la construction identitaire des jeunes (16-18ans) vivant dans des sociétés profondément divisées (Belgique, Chypre, Irlande du Nord)

Description : L’objectif de la recherche est d’étudier, dans une perspective comparative, la construction identitaire des jeunes (âgés de 16 ans 18 ans) vivant dans des sociétés fondamentalement divisées (en Belgique, à Chypre et en Irlande du Nord). En identifiant les mécanismes institutionnels (politiques et juridiques) propres aux sociétés fondamentalement divisées et en étudiant la manière dont ce contexte et ces mécanismes sont appris, nous cherchons à observer les représentations sociales qu’ont les jeunes de ce système politique divisé ainsi que d’analyser leur positionnement identitaire par rapport à celui-ci.

Responsable du projet : Juliette Renard.

Période : Octobre 2019 à Octobre 2023.

Financement : Fonds National de la Recherche Scientifique.


La mixité et les négociations politiques communales et provinciales

Description : La recherche proposée se focalise sur les conséquences des règles relatives à la mixité dans les collèges sur les jeux de pouvoir entre acteurs politiques.

Responsable du projet : Geoffrey Grandjean.

Période : Mars 2019 à mars 2020.

Financement : Communauté française de Belgique.


Les fonctions politiques des juges (Sciences Po Paris)

Description : La recherche catégorise les fonctions politiques des juges autour de trois dimensions : 1) la production de normes, 2) l'arbitrage de valeurs morales et 3) la stabilisation du système politique.

Période : Mai 2017 à novembre 2017.

Financement : ULiège.

Consulter le livre


Etude comparative en termes de ressources humaines

Description : L'étude vise à comparer les quarante-quatre communes de la Province de Luxembourg en matière de ressources humaines.

Période : Février 2016 à juin 2017.

Financement : Province de Luxembourg.

Consulter le rapport


Cultiver les territoires. L'innovation participative à la Commission européenne et en Wallonie

Description : Innovation ouverte, incubateurs de start-up, hackathons, hackerspaces … Les pratiques des hackers et makers calforniens, bidouillant de nouvelles technologies dans leurs garages de la Silicon Valley, semblent s’être répandues en Europe. Les processus de recherche et de développement technologique, l’innovation, apparaissent ainsi de plus en plus ouverts, participatifs. Cependant, alors que le mouvement maker en Californie s’est développé au travers d’une critique des institutions en place, qu’elles soient économiques ou politiques, ce qui se joue en Europe semble être d’un autre ordre. En effet, le développement de technologies par les citoyens y semble a priori articulé à une ambition de développement économique, au sein de discours insistant sur la notion d’économie de la connaissance.

En d’autres termes, ce que le développement de pratiques d’innovation participative en Europe semble montrer, c’est que des pratiques fréquemment assimilées à un mouvement contre-culturel sont reprises et adaptées, dans d’autres contextes, à des ambitions politiques de développement économique et d’entrepreneuriat. Dans les deux cas, l’inventivité et la créativité sont érigées au rang d’impératifs. Cependant, alors que cet impératif est véhiculé par des communautés de pratiques grassroots dans la Silicon Valley, sans autre finalité que sa propre complétion, il est véhiculé par des autorités publiques dans le cas de la Commission européenne et de la Wallonie, articulé à des programmes politiques d’économie et d’innovation.

Comment dès lors ces pratiques se développent-elles dans ces contextes ? Comment s’intègrent-elles à des politiques d’innovation qui leur préexistent ? Qui participe aux processus participatifs de recherche et d’innovation, à partir du moment où ils sont promus et mis en place par des autorités publiques ? Ce sont ces questions qui ont guidé la présente thèse, qui propose une analyse de l’innovation participative telle qu’elle est promue et qu’elle se déploie à la Commission européenne et en Wallonie.

Responsable du projet : Hadrien Macq.

Période : Janvier 2016 à décembre 2019.

Financement : Non-Fria.

Consulter la thèse


Le concept de la représentation politique en Belgique : perspective comparée entre la Belgique, la France et la Russie

Description : Recherche comparative et socio-historique sur le concept de la représentation en Belgique, en France et en Russie.

Période : Octobre 2015 à février 2016.

Financement : Fonds David Constant.


Comment les autorités publiques francophones instrumentent-elles les mémoires ? Le cas de la mémoire du génocide des Arméniens

Description : Jérôme Nossent réalise une thèse de doctorat sur la reconnaissance du génocide des Arméniens et sur la pénalisation de sa négation, dans une perspective comparée entre la France et la Belgique.

Période : Septembre 2015 à septembre 2020.

Financement : ULiège.

Partagez cette page